Un masque facial détectant les cas d’infection au COVID-19

62
les-meilleures-universites-ont-fabrique-un-masque-facial-qui-detecte-les-infections-au-covid-19
Un masque facial détectant les cas d'infection au COVID-19

Des universitaires de haut niveau ont fabriqué un masque facial qui détecte les infections au COVID-19

Plusieurs chercheurs de Harvard et du MIT se sont associés pour mettre au point un masque facial capable de détecter si celui qui le porte est infecté par le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19. Le masque ne met que 90 secondes à détecter le virus, d’après l’étude publiée récemment sur cette innovation.

Cette même technologie pourrait également être exploitée pour détecter d’autres types de germes et de toxines.

Selon le MIT, la “machinerie cellulaire lyophilisée” est la clé de ce nouveau type de masque facial. La fonction de détection est rendue possible par de minuscules capteurs ajoutés au masque qui, dans ce cas, détectent le virus à l’origine du COVID-19, permettant ainsi aux personnes qui portent un masque facial pendant de longues périodes (infirmières, etc.) de savoir quand elles contractent le virus.

Ces capteurs de biologie synthétique ont été développés à l’origine pour détecter deux autres agents pathogènes problématiques : Zika et Ebola. Au-delà des virus, le projet peut également être modifié pour détecter la présence de produits chimiques toxiques dangereux, ce qui peut être particulièrement utile dans les environnements industriels et de laboratoire.

Au lieu de surveiller en permanence la présence de virus, le masque est conçu de manière à ce que l’utilisateur puisse choisir quand “activer” les capteurs. Dès lors, le système surveille passivement le virus, puis les résultats s’affichent à l’intérieur du masque, où seul le porteur peut les voir.

On ignore si un tel produit pourrait être commercialisé pendant la pandémie, mais le système sous-jacent pourrait trouver des utilisations plus larges au-delà de la pandémie – et même au-delà d’épidémies plus contenues. Selon les chercheurs, les capteurs pourraient être intégrés dans des vêtements et d’autres produits similaires, fonctionnant ainsi comme des biocapteurs portables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici