Téléscope James Webb : étude des quasars à l’origine de l’univers

212
le-telescope-spatial-james-webb-etudiera-les-quasars-pour-en-savoir-plus-sur-l'univers-primitif
Téléscope James Webb : étude des quasars à l'origine de l'univers

Télescope spatial James Webb : étude des quasars afin de découvrir le début de l’univers

D’ici la fin de l’année, la NASA attend avec impatience le lancement du télescope spatial James Webb. Ce télescope observera toutes sortes de phénomènes spatiaux mais se concentrera particulièrement sur l’étude des quasars.

Un quasar est un trou noir supermassif actif, très brillant et distant, dont la masse est des millions ou des milliards de fois supérieure à celle du soleil. Il est généralement situé au centre des galaxies et se nourrit de la matière d’un disque d’accrétion qui l’entoure, libérant des torrents de rayonnement.

Ces quasars sont parmi les objets les plus brillants de l’univers. La lumière qu’ils produisent dépasse celle de toutes les autres étoiles combinées de la galaxie hôte. Selon la NASA, les jets de matière dans les vents créés par le quasar façonnent la galaxie qui l’entoure.

Peu après le lancement du télescope spatial Webb, la NASA prévoit de pointer le télescope vers six des quasars connus les plus éloignés et les plus lumineux. Les informations recueillies par le télescope seront utilisées pour étudier les propriétés des quasars et de leurs galaxies hôtes afin de déterminer comment ils sont interconnectés au cours des premières étapes de l’évolution galactique dans l’univers primitif.

En outre, les scientifiques prévoient d’utiliser les quasars pour examiner le gaz présent dans l’espace entre les galaxies, en particulier pendant une période appelée réionisation cosmique, qui s’est terminée lorsque l’univers était très jeune. L’extrême sensibilité du télescope à la lumière rasante et sa superbe résolution angulaire seront mises à l’épreuve pour étudier ces phénomènes.

Les scientifiques notent que lorsque le télescope Webb regarde au plus profond de l’univers, c’est en fait dans le passé qu’il regarde. En effet, les quasars sont si éloignés de nous que leur lumière a commencé son voyage vers la Terre lorsque l’univers était encore très jeune, mettant des milliards d’années à nous parvenir.

La lumière a donc mis des milliards d’années à nous parvenir. Les chercheurs insistent sur le fait qu’ils examineront comment les choses étaient il y a très longtemps, et non pas comment elles sont aujourd’hui.

En effet, tous les quasars que l’équipe étudiera existaient au tout début de l’univers, lorsqu’il était âgé de moins de 800 millions d’années, soit moins de six pour cent de son âge actuel. Cette étude permet d’étudier l’évolution des galaxies ainsi que la formation et l’évolution des trous noirs supermassifs dès les premiers jours de l’univers.