Nouvelles règles d’émissions CO2 en Europe pour les moteurs à carburant

179
Nouvelles règles d'émissions CO2 en Europe pour les moteurs à carburant
Normes européennes strictes sur le CO² émis par les moteurs à carburant.

Réglementation européenne stricte sur les émissions CO2 des moteurs à carburant.

L’Union européenne a dévoilé de nouvelles normes strictes en matière d’émissions, visant à réduire les émissions de 55 % au cours de la décennie à venir, ce qui pourrait signer l’arrêt de mort des moteurs à carburant.

Le “Green Deal” européen, dévoilé aujourd’hui à Bruxelles, rend les objectifs actuels de l’UE en matière de combustibles fossiles encore plus agressifs et augmente le coût des émissions CO2.

“Nous avons les objectifs, nous avons la loi sur le climat, nous avons tout cela soutenu par des investissements”, a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, à propos du nouveau Deal. “Et maintenant, aujourd’hui, il s’agit de la feuille de route.

La feuille de route vers notre nouvel objectif d’au moins -55% des émissions de gaz à effet de serre jusqu’en 2030. Nous avons choisi la tarification du carbone comme instrument d’orientation clair et basé sur le marché avec une compensation sociale.”

“L’émission CO2 doit avoir un prix”, a expliqué M. von de Leyen, “un prix sur le CO2 qui incite les consommateurs, les producteurs et les innovateurs à choisir les technologies propres, à aller vers les produits propres et durables.”

Il s’agit d’un ensemble de réglementations d’une grande portée, qui auront un impact sur tout, des voitures, des camionnettes et des transports routiers à l’aviation et au transport maritime. L’UE rappelle que les transports sont responsables de près d’un quart des émissions co2 totales de l’Union, et que ce chiffre ne cesse d’augmenter.

Selon l’UE, d’ici 2050, “la quasi-totalité des voitures et des camionnettes en circulation devront être des véhicules à émissions  co2 nulles.” Les normes plus strictes en matière d’émissions  CO2 qui sont entrées en vigueur au début de l’année 2020 seront encore renforcées.

Les voitures nouvellement immatriculées devront réduire leurs émissions de 55 % par rapport à 2021 d’ici 2030, puis de 100 % d’ici 2035. Pour les nouvelles camionnettes, ces objectifs sont de 50 % d’ici à 2030 et de 100 % d’ici à 2035.

 

Les échappatoires et les exclusions qui existent actuellement sont progressivement éliminées. Actuellement, par exemple, les constructeurs de petits volumes – tels que les constructeurs de voitures de sport et de supercars – qui vendent entre 1 000 et 10 000 voitures neuves par année civile sont exclus de la règle sur les émissions  CO2. Cette exception sera supprimée à partir de 2030, selon l’UE.

Dans le secteur de l’aviation, il faudra attendre encore quelques années avant que les avions ne produisent plus d’émissions, et les fournisseurs de carburant devront utiliser davantage de carburants d’aviation durables (SAF) dans leurs produits : 2 % d’ici à 2025, et 5 % en 2030. En 2050, 63 % du carburant aviation devra être un mélange de SAF.

De même, le carburant maritime devra également utiliser davantage de SAF. L’UE vise une réduction de 2 % de l’intensité des gaz à effet de serre de l’énergie utilisée à bord d’ici 2025, par rapport à la moyenne de la flotte de navires en 2020, puis de 6 % d’ici 2030 et de 13 % d’ici 2035. D’ici 2050, elle devra être réduite de 75 %.

Pour tenter de compenser l’utilisation des combustibles fossiles, l’électrification sera de plus en plus répandue. Par exemple, pour chaque voiture électrique à batterie immatriculée dans un État membre de l’UE, une capacité de charge de 1 kW devra être installée. D’ici à 2025, il devrait y avoir plus d’un million de points de charge, puis environ 3,5 millions d’ici à 2030.

Pour les secteurs aérien et maritime, la fourniture d’électricité sera obligatoire dans les aéroports et les ports. Cela permettra de compenser l’utilisation traditionnelle de carburant pour les avions et les navires stationnaires.

“Un changement de cette ampleur n’est jamais facile – même lorsqu’il est nécessaire”, a déclaré la présidente von der Leyen à propos des nouvelles normes. “Et pour cette raison, certains diront que nous devrions aller plus lentement, que nous devrions aller moins loin, que nous devrions en faire moins.

Mais lorsqu’il s’agit du changement climatique, faire moins ou ne rien faire signifie littéralement tout changer. Les brasiers et les ouragans que nous avons vus ces dernières semaines ne sont qu’une toute petite fenêtre sur ce à quoi notre avenir pourrait ressembler.”