Le MIT a mis au point un doigt robotisé apte à capter des objets enfouis.

156

Une équipe de chercheurs du MIT a mis au point un nouveau doigt robotisé très fin, conçu pour détecter les objets enfouis. Grâce à cette technologie, qui utilise la détection tactile pour identifier les objets souterrains, ces chercheurs pensent qu’elle pourrait un jour être utilisée pour désarmer les mines terrestres et inspecter les câbles enterrés.

Selon les chercheurs, il est très difficile d’identifier des objets enfouis dans un matériau granulaire comme le sable.

Pour identifier des objets dans un matériau granulaire à l’aide d’un robot, il est nécessaire d’avoir des doigts suffisamment fins pour traverser le sable, suffisamment mobiles pour sortir du matériau à fouiller, et relativement sensibles pour détecter la forme exacte de l’objet enterré.

Le doigt robotisé à bout pointu mis au point par le MIT est équipé d’un système de détection tactile permettant de reconnaître les objets enfouis et est appelé Digger Finger.

Au cours de tests, Digger Finger a pu fouiller dans des matériaux granulaires tels que le sable ou le riz et détecter de manière correcte la forme des objets enterrés dans ces matériaux.

Essayer d’identifier des objets enfouis dans des matériaux granulaires tels que le sable, le gravier et d’autres types de particules libres n’est pas un problème nouveau.

Dans le passé, les chercheurs ont utilisé des technologies telles que le radar à pénétration de sol ou les vibrations ultrasoniques pour repérer les objets dissimulés sous un matériau granulaire.

Ces technologies offrent une vue floue des objets recouverts, ce qui rend difficile la différenciation des matériaux, par exemple pour faire la différence entre une roche et un os.

L’équipe a dû concevoir un doigt robotisé fin et pointu. Dans des travaux antérieurs, l’équipe a utilisé un capteur constitué d’un gel transparent recouvert d’une membrane réfléchissante qui pouvait se déformer lorsque des objets étaient pressés contre elle, appelé GelSight. Sous la membrane se trouvaient des lumières LED de couleurs différentes et d’une caméra.

Les LED éclairent le gel et la membrane, tandis que la caméra recueille le motif de réflexion de la membrane. Les algorithmes de vision par ordinateur sont ensuite extraites par la forme de la surface de contact où le doigt souple touche l’objet.

Le dispositif était très performant pour le toucher artificiel mais était très peu polyvalent. Le capteur GelSight a été modifié dans la dernière recherche en changeant sa forme en un cylindre mince avec une pointe biseautée.

Ensuite, ils ont supprimé les deux tiers des LED en utilisant une combinaison de LED bleues et de peinture fluorescente colorée pour gagner en complexité et en espace. Le capteur Digger Finger, hautement fonctionnel et performant, en a résulté. Actuellement, les chercheurs explorent de nouveaux procédés pour optimiser la capacité du Digger Finger à naviguer sur différents supports.