Date limite de facturation du Google Play Store reportée à 2022

147
Date limite de facturation du Google Play Store reportée à 2022
Date limite de facturation du Google Play Store reportée à 2022

Report de la date limite pour la facturation des services de Google Play Store à 2022

Depuis un an, les modèles économiques de nombreux magasins d’applications sont mis en cause, une situation qui s’est aggravée avec le procès intenté par Epic Games à Apple.

Le problème réside dans la façon dont les propriétaires de plateformes utilisent leur position pour mettre en œuvre des mécanismes et des politiques qui obligent les développeurs à abandonner jusqu’à 30 % de leurs bénéfices.

Plus précisément, même les petits achats intégrés doivent passer par les systèmes de facturation d’Apple ou de Google, ce qui signifie leur donner une part des revenus, mais Google reporte maintenant la mise en œuvre stricte de cette politique à l’année prochaine.

L’année dernière, Google a précisé qu’il avait toujours exigé que les achats intégrés passent par le système de facturation de Google Play Store.

Il admet que sa formulation n’était pas aussi claire, raison pour laquelle certains développeurs et éditeurs d’applications ont utilisé des systèmes de facturation tiers. Elle ne modifie pas sa politique initiale, mais la rend simplement plus explicite et l’appliquera plus fermement.

La clarification est intervenue en septembre de l’année dernière, et le délai pour respecter la politique sera le 30 septembre de cette année. Le moment n’aurait pas pu être plus mal choisi pour les développeurs et les éditeurs, étant donné l’économie plutôt incertaine dans laquelle se trouve le monde.

Google affirme que la majorité des développeurs se sont déjà conformés à la politique, mais certains ne l’ont toujours pas fait. .

Il s’agit peut-être de développeurs et d’éditeurs assez influents, car ils ont réussi à pousser Google à repousser l’échéance au 31 mars 2022.

Encore une fois, cette règle aurait dû être la norme depuis le début, ce qui veut dire que Google et Apple sont vraiment sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les achats in-app.

Toutes les applications du Google Play Store qui proposent des achats in-app doivent utiliser ce système de facturation officiel, ce qui implique une remise de 30 % pour Google dans la plupart des cas.

Évidemment, cela pose à Google les mêmes problèmes juridiques qu’à Apple en ce qui concerne les pratiques commerciales anticoncurrentielles.

En effet, le géant de la recherche a récemment été poursuivi par 36 procureurs généraux d’État, précisément en raison de ce système de facturation. Il est facile d’imaginer que, plus que les demandes des développeurs, cette action en justice a contribué au report de six mois de cette échéance politique.