Une étude révèle que les souris savent manier les influx de dopamine.

111
Une étude révèle que les souris savent manier les influx de dopamine.
Une étude révèle que les souris savent manier les influx de dopamine.

Selon cette étude, il s’avère que les souris savent manipuler les impulsions de dopamine.

Une substance neurologique du cerveau, la dopamine, est décrite comme la substance chimique de la « sensation de bien-être » liée à la récompense et au plaisir.

On trouve de la dopamine dans le cerveau des humains et dans celui d’autres animaux, dont les souris. La dopamine remplit de nombreuses fonctions, dont certains aspects du traitement cognitif.

Une étude approfondie de la dopamine a été menée sous l’angle des signaux externes, dits déterministes.

Des chercheurs de l’université de Californie à San Diego ont étudié un aspect moins connu lié aux impulsions spontanées de la dopamine.

Cette équipe a découvert dans cette étude que les souris peuvent manipuler volontairement des impulsions de dopamine aléatoires.

Loin de se produire uniquement lorsqu’on leur présente des attentes agréables ou fondées sur une récompense, les chercheurs ont constaté que le cortex neural des souris présentait des impulsions imprévisibles de dopamine survenant environ une fois par minute.

Les chercheurs ont cherché à savoir si les souris étaient conscientes de l’existence de ces impulsions. Ces impulsions ont été documentées en laboratoire à l’aide de techniques d’imagerie moléculaire et optique.

L’équipe a conçu un système de rétroaction dans lequel les souris sur un tapis roulant recevaient une récompense si elles montraient qu’elles étaient capables de contrôler les signaux de dopamine impromptus.

Les scientifiques ont constaté que non seulement les souris étaient conscientes des impulsions de dopamine, mais que les données recueillies montraient qu’elles avaient appris à anticiper et à agir volontairement sur certaines d’entre elles.

Dans leur étude, les chercheurs ont écrit que, de manière critique, les souris apprennent à provoquer des impulsions de dopamine de manière fiable avant de recevoir une récompense.

Or, les effets sont inversés lorsque la récompense est supprimée. Pour les chercheurs, les impulsions spontanées de dopamine pourraient servir d’événement cognitif saillant dans la planification comportementale.

Selon eux, cette étude ouvre une nouvelle dimension dans l’étude de la dopamine et de la dynamique du cerveau.

Dans l’avenir, la recherche sera élargie pour explorer si et comment les événements dopaminergiques imprévisibles conduisent à la recherche de nourriture.

Le butinage est un aspect essentiel de la vie des rongeurs à l’état sauvage pour trouver de la nourriture, des compagnons et comme comportement social lors de la colonisation de nouveaux foyers.

Selon l’équipe, les animaux ressentent des impulsions dopaminergiques spontanées qui peuvent les motiver à chercher de la nourriture et à se nourrir en l’absence de stimuli de récompense prédictifs connus.