Un astronaute révèle que sa peur des araignées reste même dans l’espace

128
Un astronaute révèle que sa peur des araignées reste même dans l'espace
Un astronaute révèle que sa peur des araignées reste même dans l'espace

Si comme de nombreuses personnes, vous avez une peur irrationnelle des araignées, vous serez peut-être déçu d’apprendre que vivre dans un espace sans araignées ne suffit pas à atténuer la paranoïa.

Megan McArthur, une spationaute de la NASA et, comme nous l’avons maintenant appris, arachnophobe, a partagé récemment un tweet sur ses réactions innées à la poussière flottante sur l’ISS.

En raison de l’environnement de microgravité de la Station spatiale internationale, les petits débris une bouffée de poussière par-ci, une particule de nourriture par-là peuvent flotter doucement et parfois traverser votre champ de vision alors qu’ils se déplacent sans but dans les quartiers exigus de l’espace.

Voilà le sujet d’un récent tweet de l’astronaute de la NASA Megan McArthur, spécialiste de mission lors de la mission STS-125 de la navette spatiale.

Megan McArthur est maintenant pilote de la mission conjointe NASA-SpaceX Crew-2 qui a été lancée vers l’ISS fin avril.

Lors de son tweet, McArthur a révélé que malgré les 125 jours passés sur la Station spatiale internationale (très probablement) sans araignée, elle a encore une réaction instinctive négative aux débris flottants, et a brièvement réagi au potentiel d’une araignée avant de calmer le sentiment en rappelant qu’il n’y a pas d’araignées dans l’espace.

Est-ce étrange qu’après 100 jours sur @Space_Station, quand je vois un petit morceau de peluche ou de nourriture flotter, mon corps réagit toujours comme “SPIDER !!” une fraction de seconde avant que mon cerveau puisse sonner avec, “Détendez-vous, vous êtes dans l’espace, vous vous souvenez? Pas d’araignées.

— Megan McArthur (@Astro_Megan) 5 août 2021

Bien sûr, l’expérience de McArthur semble parfaitement raisonnable pour quiconque souffre d’une peur irrationnelle des araignées.

En effet, les réactions viscérales à ces petites bestioles sont souvent immédiates et automatiques, tandis que le corps s’agite pour se retirer de la situation avant que l’esprit ne rattrape son retard pour calmer les choses.

Dans l’environnement unique de l’ISS, le débris flotte probablement avec les mêmes mouvements lents et sautillants qu’une araignée sur une toile, déclenchant la réaction irrationnelle.