Lamborghini Huracan Jumpacan fait ses débuts au Mint 400 à Las Vegas

49

On ne le remarque peut-être pas au premier abord, mais ce que l’on voit, c’est une Lamborghini Huracan équipée de pneus monstres et d’une attitude conquérante.

Appelé affectueusement Jumpacan par son propriétaire et créateur, Chris Steinbacher, et le cerveau derrière B is for Build, Jumpacan fera ses débuts lors de la Mint 400 annuelle à Las Vegas, la plus ancienne et la plus prestigieuse course hors route d’Amérique.

Jumpacan était au départ une Lamborghini Huracan récupérée, mais elle est loin d’être la supercar anguleuse et galbée qu’elle était auparavant.

L’équipe de Steinbacher a retiré toutes les pièces et accessoires inutiles pour révéler le châssis nu.

Ensuite, SE Motors of California a procédé à un balayage 3D complet du véhicule afin de créer un système de suspension tout-terrain personnalisé tout en renforçant le châssis d’origine pour le tout-terrain.

Sans doute la Jumpacan n’aurait-elle pas l’air bizarre sur le plateau de Mad Max, mais elle nous rappelle les rat rods avec ses pneus massifs, sa ligne de toit élancée et sa hauteur de caisse réduite.

Il y a toujours un moteur à l’arrière, mais Steinbacher a laissé tomber le vieux moteur V de Lamborghini. A la place, la Jumpacan a un châssis italien avec un cœur américain grâce à un moteur LS V8.

On n’a aucune idée de sa puissance. Mais de combien de chevaux a-t-on besoin pour se frayer un chemin dans le désert ?

vieux V8 5,2 litres à aspiration naturelle développe 602 chevaux dans une Huracan à propulsion, ce qui est plus que suffisant pour conquérir le grand inconnu.

Le moteur LS V8 de la Huracan a fait ses débuts au SEMA avec deux turbocompresseurs, un système électronique Holley et une puissance de 1 10 chevaux, mais l’équipe a emporté les soufflantes pour la course Mint 400.

Ce moteur est toujours relié aux roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses Graziano, qui transmet tout ce couple aux pneus tout-terrain gargantuesques et aux roues Rotiform.

Autres modifications apportées par le Jumpacan : des essieux CV avant personnalisés, une suspension à long débattement, un radiateur monté sur le toit avec une écope, une pile à combustible dérivée de la course, une cage de sécurité bien visible et des freins provenant d’une Ford Mustang Shelby GT 500.

Elle possède également un volant LZMFG à trois branches et un système de direction How à crémaillère.

Il ne s’agit peut-être plus d’une Lamborghini, mais c’est l’un des participants les plus cool de la course dans le désert Mint 10 de cette année.

La Jumpacan devait faire ses débuts en mars dernier, mais la course débutera en décembre, conformément aux protocoles sanitaires du COVID.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire plus