La poussière lunaire est un grave obstacle, la NASA s’efforce d’y remédier.

394
La poussière lunaire est un grave obstacle, la NASA s'efforce d'y remédier.
La poussière lunaire est un grave obstacle, la NASA s'efforce d'y remédier.

Les missions Apollo de la NASA ont révélé que la Lune est remplie de poussière, ce qui constitue un problème plus important que la poussière que l’on peut rencontrer sur Terre.

Alors que sur Terre, la poussière est généralement érodée en formes arrondies et ternes, les petites particules de poussière de la surface lunaire sont tranchantes et ressemblent à du verre, et sont donc aussi dommageables pour les équipements que pour les poumons humains. Cependant, la NASA va bientôt commencer à tester une solution à ce problème.

Dans le cadre de son programme Artemis, la NASA prévoit un retour majeur sur la Lune dans les années à venir, qui comprendra des expéditions habitées et non habitées vers la surface lunaire.

Selon l’agence spatiale, elle a appris de dures leçons au sujet de la poussière lunaire à l’époque d’Apollo ; celle-ci était responsable de l’obstruction des équipements, de l’endommagement des combinaisons spatiales, et de la surchauffe des appareils de chauffage, voire de l’interférence avec les fonctions de divers instruments.

Selon la NASA, des technologies sont nécessaires pour réduire ce problème si les agences spatiales espèrent mener des missions de longue durée sur la Lune, ce qui est l’objet de sa Lunar Surface Innovation Initiative (LSII).

Cette initiative a pour but de favoriser le développement de technologies conçues pour l’exploration lunaire, y compris de nouvelles technologies permettant de lutter contre les particules de poussière abrasives de la Lune.

Les équipes LSII de la NASA évaluent des technologies passives et actives qui permettront de protéger divers types d’équipements et de systèmes contre la poussière. Ces technologies sont notamment destinées aux combinaisons spatiales, aux rovers et à d’autres équipements qui seront exposés au régolithe.

Selon elle, l’agence spatiale ne cherche pas à travailler seule, mais souhaite plutôt que des partenaires de tous les secteurs contribuent au développement de technologies d’atténuation.

Quelques-unes de ces technologies sont déjà en cours de développement, et la NASA prévoit de commencer à les tester sur la Lune en 2023. Les technologies finalisées pourraient un jour être également utilisées pour les missions sur Mars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici