Décalage horaire: Un implant pour contrôler l’horloge biologique du corps.

67
les-ingenieurs-riz-travaillent-sur-un-implant-pour-controler-l’horloge-circadienne-du-corps

Décalage horaire, Les ingénieurs du Rice travaillent sur un implant permettant de contrôler l’horloge biologique du corps.

À l’Université Rice, des ingénieurs travaillent sur un projet financé par la DARPA et qui pourrait un jour aboutir à un implant capable de contrer le décalage horaire.

Les travaux de recherche menés à l’université Rice font partie d’un effort national de 33 millions de dollars visant à développer un dispositif implantable sans fil capable de contrôler les rythmes circadiens du corps.

En contrôlant les rythmes circadiens, on pourrait réduire de moitié le temps nécessaire pour se remettre du décalage horaire et d’autres perturbations des cycles veille/sommeil de l’organisme.

Dans le cadre de ce projet, la bioélectronique, la biologie synthétique et l’électronique traditionnelle sont combinées pour créer ce que l’équipe appelle une “pharmacie vivante” permettant de produire les mêmes molécules peptidiques que celles que le corps produit naturellement pour le cycle régulé du sommeil.

La DARPA subventionne le projet parce que le dispositif pourrait être un outil majeur pour le personnel militaire qui voyage fréquemment sur plusieurs fuseaux horaires, ainsi que pour les premiers intervenants et les travailleurs postés qui oscillent entre les quarts de nuit et de jour.

Ce dispositif s’appelle NTRAIN (Normalizing Timing of Rhythms Across Internal Networks of Circadian Clocks) et fait partie du programme ADAPTER (Advanced Acclamation and Protection Tool for Environmental Readiness) de la DARPA, qui a pour but de relever les défis des voyages, dont le décalage horaire, la fatigue et les problèmes gastro-intestinaux. NTRAIN concevra des cellules qui produiront des peptides pour réguler les cycles du sommeil.

Ces cellules modifiées répondent à la lumière qui peut être fournie par des commandes électroniques qui ajustent le moment et la dose.

Selon les chercheurs du projet, s’ils sont en mesure d’apporter toute la fabrication directement au patient et de produire des composés de haute qualité selon les besoins, les perspectives sont infinies.

L’alimentation et les communications de l’implant seront assurées par un faible champ magnétique généré par un dispositif portable.

Grâce à cette technologie, il est possible de fournir toute l’énergie nécessaire au système tout en maintenant la sécurité de l’appareil. La conception ne permet au dispositif de communiquer en champ proche que sur quelques centimètres, de sorte que tout pirate devrait être en contact physique avec le dispositif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici